Communiqué de presse PronoKal Group : Résultats de l’enquête sur l’obésité : la moitié des Belges sont en surpoids

Lancement d'une campagne de sensibilisation pour les médecins et les consommateurs

Anvers – PronoKal Group a invité hier plus de 50 médecins généralistes à la présentation des résultats de l’enquête à grande échelle conduite par le bureau d’étude iVOX* auprès de 1000 Belges. Il en ressort qu’au moins la moitié des Belges (51%) sont en surpoids. 1 sur 3 (33%) est en surpoids (IMC supérieur à 25) et au moins 18% sont obèses (IMC supérieur à 30). Le docteur Chris Goossens, qui a suivi le patient PnK le plus connu, Bart De Wever, avec succès à travers les différentes étapes, s’est penché plus en profondeur sur les conséquences du surpoids sur la santé et la qualité de vie. 
 

Le rôle du médecin généraliste dans la sensibilisation à l’importance d’un poids sain chez ses patients a également été examiné. « Le rôle de prescripteur du médecin généraliste dans la lutte contre le surpoids et l’obésité est crucial. Tout commence chez les médecins. Ils peuvent briser le tabou autour de l’obésité en sensibilisant leurs patients à l’importance d’un poids sain pour la santé générale. Un accompagnement professionnel durant le trajet est crucial pour atteindre l’objectif final (un poids et une hygiène de vie sains). C’est pourquoi nous nous consacrons à 100% à l’aide médicale apportée par un médecin, un diététicien et un coach sportif », explique Kelly De Wever, General Manager chez PronoKal Group Benelux.

Pascale Naessens est venue parler de la manière dont la méthode PnK peut offrir une solution aux patients obèses afin de faire le lien avec une hygiène de vie plus saine. Vous trouverez ci-dessous plus de résultats de l’enquête et le combat contre le surpoids et l’obésité en Belgique.

Le surpoids en Belgique : état des lieux

L’étude à grande échelle conduite par PronoKal Group montre qu’un compatriote sur deux souffre de surcharge pondérale. 33% ont un IMC supérieur à 25 et au moins de 18% sont obèses. Les hommes, avec 56,4%, sont le plus lourdement affectés, contre 47,8% des femmes pour qui le compteur sur la balance affiche plus qu’un poids raisonnable. En moyenne, ce sont plus souvent les hommes que les femmes (18,8% contre 16,8%) qui souffrent d’obésité (IMC +30).

Ce qui est alarmant, c’est que 41% des Belges de moins de 34 ans sont en surpoids. 15 des 100 Belges de moins de 34 ans ont d’ailleurs un IMC supérieur à 30. Et cela ne s’améliore pas avec l’âge, car dans la catégorie 35 à 54 ans, déjà plus de la moitié (51,2%) est en surpoids. Chez les plus de 55 ans, ce pourcentage atteint même 59,1%.

Une note positive : les Belges sont conscients qu’ils doivent perdre du poids. 6 sur 10 avouent vouloir perdre du poids et souhaitent un soutien professionnel pour y arriver. Au total, la population adulte de Belgique souhaite perdre le poids hallucinant de 52.636 tonnes. Ce qui est comparable à 309 baleines bleues ou pas moins de 127 Boeings chargés au maximum. La moitié des Belges a déjà une (ou plusieurs) fois essayé un régime, mais seulement 1 sur 3 est parvenu au résultat souhaité. 4 Belges sur 10 (42%) disent être satisfaits de leur poids.

Pourquoi est-ce difficile de perdre du poids ? Tout le monde connaît pourtant les conséquences de l’obésité. Une  mauvaise hygiène de vie conduit à une surcharge pondérale et un surpoids conduit à des problèmes médicaux. Diabète, maladies cardiovasculaires, cholestérol, hypertension, problèmes articulaires, respiratoires ou encore du sommeil ne sont que quelques conséquences qui ont un impact majeur sur la qualité de vie. La discipline personnelle est cruciale quant au succès ou à l’échec d’un régime. 2 Belges sur 3 pour qui le régime a échoué, indiquent un manque d’autodiscipline comme principale raison. Kelly De Wever, General Manager chez PronoKal Group Benelux explique : « D’un côté l’obésité est une maladie chronique. Le Belge en est conscient, veut y faire quelque chose, et souhaite pour cela un accompagnement professionnel. De l’autre côté, l’enquête confirme que les gens ont grandement besoin d’un soutien maximum, de motivation et d’accompagnement. C’est pourquoi, et nous sommes les seuls, à nous appuyer sur des prescriptions médicales et un accompagnement professionnel. Quelqu’un en surpoids ou obèse, doit être examiné, contrôlé et motivé par un médecin et peut durant le trajet être soutenu tant par un médecin, qu’un diététicien ou qu’un coach sportif. La personne qui passe par les cinq étapes de la méthode PnK fait un lien vers un mode de vie saine. »

Auteur des livres de cuisine les mieux vendus en Belgique, Pascale Naessens a expliqué aux personnes présentes pourquoi elle soutient la vision de la méthode PnK. « Moi aussi je me suis durant des années battue avec mon poids. Il faut comprendre que tout le monde ne réagit pas de la même manière à l’alimentation. Heureusement, il existe de nouvelles idées qui aident les gens à perdre du poids d’une manière saine et réalisable sans devoir se battre. »

 La sensibilisation est la responsabilité des médecins et du gouvernement

Le surpoids et l’obésité sont une menace pour la santé publique. Qui peut donner un coup de pouce à ces 51% de compatriotes en surpoids ? Prof. Dr. Bart Van der Schueren, président de la Belgian Association for the Study of Obesity (BASO) souligne l’importance de la sensibilisation de la part du gouvernement. La moitié des Belges (50,3%) qui souhaitent perdre du poids déclarent qu’ils agiraient plus rapidement si le gouvernement leur remboursait l’accompagnement. « Actuellement la prise en charge des maladies étant la conséquence de l’obésité, telles que le diabète est heureusement remboursée. En parallèle, le gouvernement pourrait réduire considérablement le coût du surpoids et de l’obésité pour la société en intervenant déjà dans le traitement précoce de l’obésité et en remboursant l’aide à un mode de vie plus sain. »

Les médecins ont également balayé devant leur porte. Le docteur Chris Goossens a déclaré que le comportement des médecins en matière de prescription devait également être amélioré. « Les patients veulent généralement une solution rapide d’abord et ensuite attendent du médecin généraliste une prescription pour une pilule, pour par exemple, une tension trop élevée. Soulever le problème de surpoids et encourager le patient à s’attaquer à la source de ses problèmes physiques n’est pas toujours facile pour un médecin. »

Campagne de sensibilisation : Docteurs et PronoKal ensemble contre le surpoids et l’obésité

Il y a actuellement en Belgique 350 médecins généralistes certifiés qui ont le droit de prescrire la méthode PnK. PronoKal Group démarre cette année un projet pilote avec 20 médecins, qui accompagneront, chacun, 10 patients en surpoids ou en obésité (et avec au moins une affection qui en résulte) à travers les différentes étapes. Le but de cette étude est de mesurer l’impact de la perte de poids sur, entre autres, la qualité de vie, l’utilisation de médicaments et autres comorbidités. Les premiers résultats de cette étude qualitative, dont les améliorations et les paramètres de chaque patient auront été collectés, seront communiqués en septembre. Les personnes en surpoids ou obèses qui souhaitent participer à cette étude peuvent en faire la demande sur le site

À propos de PronoKal Group

PronoKal Group® est un groupe international qui a développé un traitement médical contre le surpoids et l'obésité et établi une passerelle vers un mode de vie saine. Le groupe est actif dans plus de 15 pays à travers le monde. Son siège social est basé en Espagne. En Belgique, la Méthode® PnK s'est fait connaître en 2012, quand celui qui allait devenir le bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever, a perdu 50 kilos. Les produits sont exclusivement délivrés sur prescription médicale et les patients sont accompagnés par des diététiciens et des coaches.

* Enquête en ligne menée par le bureau d’étude iVOX à la demande de PronoKal Group entre le 16 et le 24 janvier 2019 auprès de 1000 Belges, représentatifs en termes de langue, de sexe et d’âge. La marge d’erreur maximale pour 1000 Belges est de 3,02%.

Les résultats de l'enquête ne peuvent être utilisés que dans le cadre d'articles de presse qui mentionneront PronoKal Group comme mandataire de l'enquête.

Pour plus d’informations ou demande d’interview, merci de prendre contact avec :
Wavemakers PR & Communications
Elke De Mayer
+32 (0)485 75 28 66
elke@wavemakers.eu  
 

Contactez-nous
A propos de Wavemakers

A fresh thinking PR agency
We love to Make.Things.Move.

Ajoutez une solide dose de créativité à une approche stratégique mûrement réfléchie, assaisonnez avec un carnet d'adresses bien fourni et vous tenez la recette d'une campagne de relations publiques réussie. Avec une nouvelle perspective et grâce à notre réseau étendu, nous établissons un lien entre vous et votre organisation, d’une part, et la presse et les influenceurs, d’autre part. Nous opérons avec une stratégie RP rigoureuse, des relations ciblées avec la presse et les influenceurs, une formation aux médias de haute qualité et la maîtrise de la communication de crise.

Wavemakers
Stationsstraat 16, 9220 Hamme